Notre Salmson G72 " sa boite"

Publié le par Fran6

 Je mets le sujet à part car c'est un monstre de travail et de compréhension.

Il y aura certainement des causettes sur la boite cotal, c'est vraiment un sujet peu banal

Je vais faire découvrir la boite cotal à certains, c'est sûr, c'est un sujet fantastique à suivre et je vous dis pas: A conduire aussi!

Voici la bête:



                                                           Ici, elle est encore montée dans la voiture



                                                                           La voici au sol: 49 kilos



                                           La petite boule marron, c'est un moutardier, c'est lui le levier de vitesse (4)

                        pour la suite et vous faire connaitre la "chose", je vais faire causer un ami: AL1 de Strasbourg

                                       nous suivrons ses explications et surtout une rénovation de cette boite:

La boite cotal trois trains épicycloïdaux. pour ceux qui ne savent pas ce que c'est, je ne vais pas rentrer dans les détails car 'est trop compliqué dans un forum.

Le premier train en entrée de boite, est commandé manuellement par un levier situé sous le tableau de bord
et joue le role de réducteur et d'inverseur de marche.

les deux autres trains sont des trains démultiplicateurs. Ils sont montés bout à bout et sont commandés électriquement par le fameux moutardier.





Comment cela marche?

Chacun des deux trains démultiplicateurs (que l'on va nommer A et B ) est associé à deux électro-aimant que l'on va nommé a et b pour le train A et c et d pour le train B.

L'électro a est solidaire de l'arbre d'entrée de boite, il est donc "tournant"

les électros b et c sont solidaires du carter de boite

L'électro d est tournant et solidaire de l'arbre de transmission (sortie de boite).

Pour chaque train démultiplicateur, on va donc avoir la possibilité soit de l'activer, pour cela on va immobiliser le planétaire en l'alimentant en courant l'électro fixe et ainsi obtenir une démultiplication, soit de le neutraliser en alimentant l'électro tournant, dans ce cas l'ensemble du train est solidaire de l'arbre et on obtient une prise directe.

Comme les deux trains démultiplicateurs ont des rapports différents, on obtient donc 4 vitesses grace aux combinaisons suivantes:

1) A en démultiplication + B en démultiplication = 1ère vitesse
2) A en démultiplication + B en prise directe = 2ème vitesse
3) A en prise directe + B en démultiplication = 3ème vitesse
4) A en prise directe + B en prise directe = 4ème vitesse (prise directe)

Selon les types de boites, il se peut que l'ordre des combinaisons soit différents, mais cela reste le même principe.
Pour la marche arrière, on a téhoriquement 4 vitesses aussi mais comme le rapport du train inverseur est de 1/3, on recule en 3è ou 4è, c'est pas compliqué.

Du point de vue de la conduite, on a un embrayage normal. il faut donc débrayer pour passer la première et on démarre en relachant l'embrayage comme pour une boite normale. Ensuite, comme dans les engrenages épicycloïdaux , tous les pignons sont constament en prises , il n'y a donc pas besoin de synchroniser les élèments en mouvements pour changer les vitesses.

On peut donc le faire sans débrayer, à condition de jouer constament de la pédale d'accélérateur et de respecter certains régimes moteurs. mais il est vrai que l'état de la boite, la fluidité de l'huile, et la température influent sur le rapidité et la douceur du changement de rapport. La plupart des conducteurs conduisant en débrayant normalement à chaque fois, ceci pour une question de confort et pour ménager la mécanique.








Commenter cet article

allumette5 12/11/2013 11:45

bonjour,
merci pour ces explications très utiles;
cependant vous ne parlez pas de la marche arrière, pouvez vous en dire plus à ce sujet?
Car sur ma boîte cotale de salmson, les vitesse 1,2,3,4 passent bien mais j'ai beaucoup de mal avec la marche arrière, elle craque.